Contact-Agenda          ︎   ︎  ︎    ︎    ︎

 Crapaud commun


︎ Le nouveau bien-aimé ?



Que de siècles il aura fallu au crapaud commun pour passer de bête maléfique à copain des jardins !

Placé sous le lit, il aurait absorbé nos miasmes ; séché et pendu au plafond, il nous aurait protégés de nos peurs.

Les traditions ne sont pas toutes bonnes à garder… Biologistes et amateurs savent désormais côtoyer et aimer ce dodu des prés.




Le caresser donne des boutons ?


Non. Les venins de la peau du crapaud sont arrêtés par la nôtre. Si un enfant débusque un crapaud et le rapporte fièrement, la seule précaution est de rincer ses doigts afin d’éviter un contact avec les yeux ou une plaie. Celui-ci pourrait provoquer une sensation de brûlure, mais sans plus.


Hallucinant ou toxique ?


Oui. À l’instar des autres amphibiens, les pustules de la peau du crapaud abritent des glandes qui sécrètent mucus ou venins. Les différents venins permettent au crapaud de se soigner (antiseptiques) ou de dissuader les prédateurs, en addition à sa capacité à gonfler pour paraître plus gros. Les mucus, eux, maintiennent la peau humide et souple. Les venins comportent une centaine de composés bioactifs, aux propriétés cardiotoxiques. Ces substances sont à l’origine d’envenimations chez les prédateurs les ayant ingérées, dont les chiens. Quant aux hallucinations du temps des sorcières, elles auraient été dues à l’absorption de différentes parties du corps du crapaud. Les rares intoxications signalées chez des humains, proviennent en effet de la consommation de produits illégaux à base de venin de crapaud (soit disant aphrodisiaques ou de type « ectasy »).




Migrateur ?


Oui. Sans être lointains, les déplacements saisonniers du crapaud entre sites d’estivage, d’hibernation et de reproduction n’en sont pas moins risqués. Lors de ces migrations, les crapauds traversent parfois nos routes en grand nombre. Pour les préserver du danger, des bénévoles les y aident, voire leur construisent des crapauducs, sortes de mini tunnels sous la route.



Ami des insectes ?


Non. Parmi les nombreux insectes que le crapaud capture avec sa langue collante, les fourmis sont de choix. Mais d’autres bestioles du sol y passent, des cloportes aux limaces, en passant par les mille-pattes. Le crapaud est donc devenu l’ami de certains humains, jardiniers en particulier, qui vont jusqu’à lui proposer un abri pour l’été !







Monsieur grenouille ?



Non. Crapaud et grenouille sont cousins proches en tant qu’amphibiens anoures (sans queue) et aux moeurs semblables : aquatiques, puis terrestres. Hors période de reproduction, seules les grenouilles vertes restent proches de l’eau ; grenouilles marron et crapauds sont des champs, forêts et jardins !


Protégé ?


Oui. La loi relative à la protection de la nature interdit de capturer les crapauds, morts ou vifs, comme tous les amphibiens. C’est en partie dû à leur cycle de vie, dépendant de pièces d’eau devenues rares, impropres ou pauvres en proies. Elles sont indispensables à leur reproduction, car elles accueillent leurs parades, accouplements, pontes et têtards.





Aller plus loin 

Le crapaud commun
Fabriquer un abri 
Société herpétologique de France pour s’informer et rencontrer des passionnés de crapauds et autres amphibiens

Fiche Crapaud sur l’INPN
organiser un sauvetage de batraciens
Qu’est-ce qu’un crapauduc ?



(article issu dans ma rubrique La nature mise à nu du magazine Kaizen n°49 Mars-Avril 2020)




Textes François Lasserre à utiliser, améliorer, partager... WIP !